Evidemment...

Publié le par MORTAUXVACHES

Je pense que l'anim commerciale est tombee aux mains de mecs qui veulent
faire du fric et pas grand chose d'autre. Lorsque les studios trouvent un projet bien ecrit et riche, ils produisent quelquechose de bien, en revanche
une serie qui pouvait promettre est souvent vouee a la mediocrite si elle est
"mass produced" et "outsourcee"..Une bonne serie delocalisee est rare!!

Sur la longueur, la qualite baisse, que ce soit a l'ecriture ou a l'anim.

Le probleme bien sur c'est que les gens qui ecrivait des courts (en anim) font vite autre chose puisqu'on leurs parle de kilometres d'episodes a produire et ce n'est pas le propos des auteurs ou alors en effet, un scripteur qui ecrit un long metrage d'animation a peut-etre une chance de voir son scenario produit car ce format, aupres des teles, se vend bien. A ce propos, si vous voulez ecrire, voila vers quoi vous tourner : L'ecriture d'un long!

Trouver un financement pour un court metrage d'anim est quasi impossible. Le format de 26 minutes semble etre un minimum requis.

Maintenant, si vous allez a ANNECY presenter un truc et que vous etes contacte par un ou des Americains (encore eux)...voici ce qui m'est arrive, soyez sur vos gardes :

Mon projet est presente a l'espace projet d'Annecy...quelques jours apres l'ouverture du festival, je recois un message (en anglais) dans ma boite me priant de contacter Mr (X) (Le mec est visiblement une grosse huile representant une chaine mondialement connue)...Tout excite a l'idee de trouver un producteur ou un sponsor, je rencontre le mec...nous discutons et il me semble peu receptif aux exemples de mon travail qu'il a vu affiches...mais il commence a me parler de sous...et de contrat...A l'epoque, ce qui m'interesse c'est vraiment de realiser ce projet de serie. D'un court, le scenario a transmute en 26 minutes puis en serie de 52 episodes.

Le mec me laisse une drole d'impression et nous acceptons de nous rencontrer avec un financier a Paris, la semaine suivante.

A ce moment-la, deja j'ai des doutes sur la sincerite de cet individu puis je discute vers la fin du festival avec une poignee de potes qui ont entendu
parle d'histoires relativement similaires.

Enfin, je revois le mec a Paris et nous discutons a nouveau mais je le trouve moins enthousiaste et de plus en plus business. En clair, le mec est carrement pret a m'offrir une avance, il dit qu'il a besoin de projets pour le futur et le mien l'interesse mais il ne me dit pas combien de temps le developpement peut durer et je comprends vite que je ne serai pas realisateur mais juste auteur...Le comparse ne dit pas grand chose de constructif, il a l'air d'agiter la tete de temps a autres et il sirote sa biere.

Je mets bientot un terme a la discussion en disant qu'il me faut un peu de temps pour reflechir. Je promets de rappeler le mec aux States et en fait, je ne lui donne plus de news.

En discutant plus amplement avec divers pro de l'anim, il m'apparait que ce mec vient a Annecy ou au MIP au MIFA, pour "acheter" des projets qui risquent de faire de l'ombre a de gros studios qu'il represente si les dits projets un jour sont developpes et realises...ce genre de trucs est une pratique courante aux States. Les mecs ont assez de ressources pour operer de cette maniere et ainsi ranger votre projet de serie sur une etagere poussiereuse de leur bureau a Los Angeles. Le mec en question representait un consortium de chaine tele qui en fait sont capable de vendre non pas des chaines thematiques ou des series animes de merdes innomables, non. Ces mecs vendent en fait des "channels" entiers...et ils ont besoin de dessin animes car cela egaye les saloperies de programme qu'eux seuls sont capables de creer.

Le flouze propose etait loin d'etre ce que je pouvais escompter et j'avais trop envie de realiser cette serie a l'epoque en revanche, et la je vous conseille d'etre vigilant, je vendais contractuellement tous les droits a cet energumene.

Je n'entendai plus parler de lui.

so BEWARE...si vous avez dans l'idee de soumettre a qui que ce soit un de vos projets.

Commenter cet article