INSTRUMENTALISATION DU MENSONGE DE PRESSE

Publié le par MORTAUXVACHES

A quatre mois de l'échéance fixée pour atteindre l'objectif des 100 000 contrats d'avenir signés, le ministre de l'économie, Michel Sapin, a annoncé, mardi 17 septembre, que 56 000 d'entre eux avaient déjà été conclus. Il s'exprimait à l'issue d'une réunion de travail sur l'emploi à Matignon.
Le ministre a assuré : "Les emplois d'avenir ça marche très bien !" Et d'ajouter : "Tous les jours il y en a 500 qui sont signés, il faut maintenir ce rythme et l'amplifier." Rappelant l'objectif fixé pour décembre, il a précisé : "Il y a un dernier coup de reins à donner dans tous les secteurs pour qu'en septembre, octobre, novembre nous ayons atteint, et même peut-être dépassé, les objectifs."

Les emplois d'avenir, créés par une loi entrée en vigueur le 2 novembre 2012, s'adressent à des jeunes de 16 à 25 ans dépourvus de tout diplôme et qualification et comportent une exigence de formation.

LES CONTRATS DE GÉNÉRATION "DÉMARRENT BIEN"

Michel Sapin a également fait valoir que "les contrats de génération démarr[ai]ent bien dans les petites entreprises". Idée phare de François Hollande, le contrat d'avenir est destiné à favoriser l'embauche des jeunes et le maintien des seniors dans l'emploi. "Les grandes entreprises ont encore quelques jours pour finir leur négociation et vous verrez que ce sont des milliers et des milliers de jeunes qui, grâce aux contrats de génération, vont retrouver une voie", a assuré le ministre de l'économie.

"Tous les relais seront activés pour le développer davantage", a aussi indiqué par la suite le premier ministre dans un communiqué. Celui-ci a également précisé que le gouvernement "mobilise 440 000 contrats aidés non marchands, dont 60 % ont déjà été mis en place", avec une priorité donnée à l'éducation nationale. Pour le premier ministre, la "bataille" pour l'emploi "porte déjà ses fruits chez les plus jeunes, puisque le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans est en baisse depuis maintenant trois mois consécutifs".

Commenter cet article